Ma Philosophie et mes outils

Avertissement : L'objectif de cette page est de présenter une philosophie, des outils et une conception de la psychothérapie. Ainsi, toute lecture, tout article, toute conférence ne peut en rien remplacer l'expérience propre à chacun dans de le cadre de sa psychothérapie lui permettant d'entâmer son processus d'individuation.

 

Le fondement de la Gestalt-thérapie analytique :

Un pont entre la Gestalt-thérapie et

la Psychanalyse jungienne :

 

 
"L'originalité de cette approche psychothérapeutique tient en sa capacité à trouver une cohérence et une complémentarité dans deux théories du fonctionnement de la psyché qui peuvent sembler antinomiques :
 
  • la Gestalt-thérapie de Perls et Goodman qui se centre sur le visible qui apparaît en surface dans le champ.
  • la Psychologie analytique de Jung qui se centre sur l'accueil de l'invisible des profondeurs de l'être.
 
Le paradigme de la Gestalt-thérapie est la frontière contact. Le psychothérapeute gestaltiste va centrer son attention sur les phénomènes qui lui sont donnés à voir à ce niveau. Ces phénomènes mettent au jour toutes les perturbations vécues dans l'expérience du contact en action entre son patient et lui-même.
 
En ce qui concerne la psychanalyse jungienne, on peut penser que son paradigme en est le Symbole. En se centrant sur la dimension symbolique des représentations (rêves, imagerie, somatisations) que lui amène son patient, le psychanalyste jungien remonte la chaîne de tous les déterminants qui ont pu faire advenir une telle forme en séance.

 

Deux systèmes théoriques fondés sur le processus d'individuation.

 
Si la Gestalt thérapie se centre sur l'ici et maintenant des événements de frontière qui surviennent dans le champ, c'est pour mieux  permettre à la personne de se réapproprier son histoire et de lui rendre la maîtrise de son ajustement créateur …vers plus d'individuation.
 
Si la psychanalyse Jungienne interroge les manifestations de l'invisible et du collectif en soi, c'est pour mieux permettre à la personne d'en dégager son individualité et de devenir ainsi maître de son existence au travers du processus d'individuation.
 

La spécificité de la Gestalt Thérapie Analytique

 
La Gestalt Thérapie Analytique se situe donc dans le cadre des psychothérapies multiréferentielles puisqu'elle est le fruit d'une conjonction et non d’une fusion entre les apports de la Gestalt thérapie et ceux de la Psychanalyse jungienne. Elle répond à la problématique du patient en agissant principalement à trois niveaux d'organisation différents du fonctionnement.:
 
1) Le vécu dans l'ici et maintenant :
 
Par sa qualité de présence, le psychothérapeute va permettre que s'actualise et prenne forme, dans l'ici et maintenant du contact en action, le phénomène qui perturbe le déroulement du cycle de contact et inhibe tous les processus d'ajustement créateur du patient. Il s'agira donc d'être particulièrement attentif à la structure de l'expérience du patient qui se vit selon un processus où l'on retrouvera de façon répétitive les mêmes niveaux de rupture du cycle de contact qui renvoient aux mêmes types de blocages. A ce premier niveau l'approche phénoménologique et la théorie et la méthode de la Gestalt-thérapie seront les principaux outils de psychothérapeute.
 
2) Les modalités de fonctionnement :
 
L'ensemble des mécanismes de défense inscrivent l'individu dans un mode de fonctionnement répétitif qui a commencé à se mettre en place dès la plus tendre enfance. Ainsi, le comportement de chacun se trouve marqué par des modalités réactionnelles spécifiques face à chaque évènement de frontière. Ces modalités répondent aux zones de vulnérabilité propres de la personne dont elle gardera les traces toute sa vie. Elles s'expriment selon un ensemble de signes ou de symptômes qui permettent de définir les troubles et la ou les structures de personnalité de la personne, tels que décrites en psychopathologie (le référence internationale actuelle en la matière est le DSM 5). Dans la mesure où le corpus théorique de la Gestalt-thérapie ne propose pas de théorie du développement de la psyché, il importe de bien connaître la psychologie du développement. De plus, l'approche méta psychologique qui, à l'heure actuelle, nous semble la plus cohérente pour en décrire les formes d'organisation et la dynamique est celui de la psychanalyse dans son orientation jungienne mais aussi freudienne. Pour s'inscrire dans une stratégie thérapeutique cohérente en lien avec un contexte social donné, il importe de très bien connaître ces différentes disciplines. Grâce au processus de prise de conscience et de prise de responsabilité de sa vie, ces modalités défensives contre l'insupportable en soi vont petit à petit s'atténuer, voire s'effacer. Elles ne constitueront plus un frein à l'expression de l'énergie vitale et pourront se transmuter en potentialités vers plus de créativité et de génie.
 
3) Le sens :
 
Toute posture psychothérapeutique ne peut se fonder sans référence à une conception  anthropologique qui reconnaît à l'existence de l'homme un sens spécifique.
Ainsi, au travers de la conscience et de la reconnaissance de ses limites et de ses fragilités autant que de ses valeurs et de ses capacités, il s'agit que s'organise  pour chaque individu une prise de sens spécifique de sa propre inscription sur terre dans le continuum des générations... A partir d'une base freudienne incontournable, l'approche privilégiée qui nous semble offrir le maximum d'ouverture et de respect de la liberté individuelle est celui du processus d'individuation de la psychanalyse jungienne. D'où l'importance de bien connaître la psychanalyse jungienne et la fonction symbolique qui place chaque individu dans une quête de sens. 
 
Pour résumer, on peut dire que la méthodologie en GTA ne peut être que très individualisée. C’est en fonction de la problématique du patient, mais aussi du processus en cours et de sa dynamique que telle approche sera privilégiée plutôt que telle autre, pour parvenir enfin à une synthèse adaptée à chaque patient. C’est ce qui le restaure dans une totale liberté de choix. Dans le travail de groupe, on peut dire que l’approche technique et méthodologique de la Gestalt-thérapie est en général privilégiée tandis que la psychanalyse jungienne sert principalement en tant que grille de lecture et d’orientation pour remettre dans une perspective évolutive l’expérience vécue dans l’ici et maintenant du contact en action…C’est de l’effort d’élaboration et de symbolisation fondée sur l’ici et maintenant de cette expérience que peut s’opérer en profondeur une véritable transformation qui permette à l’être d’aller vers lui-même."
 
Extraits de l'article "Un pont entre la GTA et la Psychanalyse jungienne" de Pierre Coret Psychiatre-homéopathe et psychothérapeute didacticien, cofondateur de l’école de formations en Psychologies
"SAVOIR-PSY".. Paris, le 6 avril 2002
 

 

La relaxation :

 

"La relaxation est une approche thérapeutique basée sur le principe de l'indissociabilité du corps et de l'esprit. Tout ce que nous vivons sur le plan corporel influence notre pensée et notre humeur (une sensation agréable apaise la nervosité, la chaleur douce calme l'angoisse, une douleur met de mauvaise humeur, fait voir la vie en noir...) et réciproquement ce que nous vivons psychologiquement a des retentissements immédiats ou à plus long terme sur notre corps (l'idée d'une rencontre agréable nous rend léger comme une plume, une dispute donne des maux d'estomac, un deuil entraîne des maux plus grâves quelques mois plus tard...).
 
Ces interactions réciproques valident notre intervention : en s'entraînant à retrouver les conditions physiques de la détente, nous permettons la libération de la tension nerveuse et de ses conséquences.
 
Les objectifs généraux de la relaxation sont les suivants :
 
  • redonner place aux rythmes biologiques naturels par l'apprentissage des conditions physiologiques naturelles de l'état de détente ;
  • apprendre à être réellement bien dans sa réalité corporelle en libérant (c'est-à-dire en rencontrant !) ce qui empêche d'être bien ;
  • redonner de l'importance à sa propre vie, à sa propre santé, en s'inscrivant avec plus de présence dans le non de relationnel et social ;
 
La relaxation s'applique tout particulièrement aux effets de l'excès de stress de la vie moderne.
 
Dans un premier temps, il s'agit par des exercices spécifiques, conscients et volontaires, d'abaisser la tension musculaire (tonus résiduel) de plus en plus finement et de plus en plus rapidement au fur et à mesure de l'entraînement.
 
Le premier effet constaté - mesurable - est le retour à des rythmes vitaux plus réguliers et plus sains : respiration plus complète permettant une meilleure oxygénation, ralentissement et régulation du rythme cardiaque, abaissement de la tension artérielle. Un entraînement quotidien permet d'inscrire profondément dans le corps ces améliorations, d'où la disparition des troubles mineurs qui ont souvent motivé la demande de cure : amélioration quantitative et qualitative du sommeil, régulation de l'appétit et diminution des troubles digestifs, meilleure circulation sanguine...
 
Par ailleurs, et sans qu'il soit nécessaire de le "travailler", on voit souvent s'instaurer spontanément une amélioration des habitudes de vie: repas plus équilibrés et plus réguliers, respect des besoins de sommeil, baisse de la consommation du tabac et de l'alcool, pratique d'exercices physiques...
 
Sur le plan psychologique, toutes les facultés mentales supérieures sont  améliorées, ou plus exactement, on voit diminuer le parasitage exercé par la tension nerveuse: meilleure mémoire, concentration plus durable et sans tension, capacité de mise en lien des éléments connus d'où une créativité plus féconde...
On voit aussi diminuer l'anxiété, la vie relationnelle est meilleure parce que plus confiante et optimiste...
 
A plus long terme, un état d'être au quotidien plus détendu rend la personne plus souple dans ses réactions et adaptations aux situations nouvelles... et donc moins sujette au stress !
 
OUTILS  UTILISES
 
  • prise de conscience du corps, de ses parties, de sa globalité,
  • relaxation musculaire (Jacobson),
  • relaxation physiologique (Training Autogène),
  • rééducation psychosensorielle / présence au monde (Vittoz)
  • rééducation respiratoire"

 

 

LA RELAXOTHÉRAPIE ANALYTIQUE

 
"Tout ce que nous avons vu jusqu'à présent concerne toute personne, indépendamment de problème psychique ou physique Pour la plupart de nos patients, atteints dans une problématique plus lourde depuis un temps plus ou moins long, cette approche n'est pas suffisante, même si elle constitue le préalable à toute cure et qu'elle apporte une amélioration notable de leur état. L'origine de leur souffrance est plus profonde et demande un accompagnement spécifique.
La symptomatologie, quelle qu'elle soit, s'inscrit toujours dans un contexte existentiel, relationnel, social, biologique, psychique... en d'autres termes au sein de la totalité hollistique de la personne.
 
C'est ici que la Relaxothérapie prend place dans le champ des psychothérapies, en s'attaquant non pas directement au symptôme mais, par le biais des symptômes ou des tensions physiques spécifiques que l'état de relaxation fait ressortir, aux causes profondes de cette symptomatologie.
 
Le travail se fait simultanément sur trois plans:
 
  • le plan physique: au cours de la séance, la relaxation régularise l'ensemble du fonctionnement physiologique en abaissant les effets du stress. De ce fait, et comme les rochers qui apparaissent quand la marée descend, des "sensations aberrantes" (sensations qui n'ont rien à voir avec la réalité du schéma corporel: membre plus court que l'autre, ventre gonflé, tête détachée du corps, tension douloureuse très localisée...) apparaissent, souvent accompagnées d'images, parfois d'émotions plus ou moins violentes, qui viennent parler de la souffrance intérieure de la personne et de sa problématique profonde, telles qu'elles ont pu s'inscrire dans son corps.
  • le plan de la représentation: le problème que nous rencontrons souvent quand, au sortir d'une séance, nous demandons au patient de mettre en mot son ressenti, c'est sa difficulté de verbalisation. Encore pris par le changement d'état de conscience, il a du mal à rendre compte par des mots toute la richesse émotionnelle et sensorielle de ce qu'il vient de vivre. Pour éviter cet écueil, nous lui proposons de dessiner. Il s'agit surtout de "laisser s'exprimer la main" à travers des formes, des couleurs, dans une spontanéité où la mentalisation a peu de place. La représentation qui en ressort, indemne du réductionnisme verbal, met en forme et communique ce qui reste néanmoins une expérience intime et unique.
  • l'élaboration psychothérapique est alors possible. A partir de tous les éléments corporels fournis par la séance (sensations aberrantes, images, émotions...)et de tous les éléments symboliques fournis par la représentation réalisée juste après la relaxation, le travail verbal d'association va être fait autour des éléments eux-mêmes et en les mettant en relation avec le contenu de l'induction. Il s'étendra éventuellement sur plusieurs séances.

 

 

OUTILS  UTILISES

 

  • pratique de la relaxation (l'aspect pédagogique est important car il permet à la personne de reprendre possession d'elle-même, de son corps et de son fonctionnement
  • inductions spécifiques (techniques d'imagerie mentale, Sophrologie)
  • travail d'association autour de la représentation
  • les outils du psychothérapeute (cf. enseignement théorique de cette formation)
  • thérapie personnelle et supervision

 

 

 

LE TRAVAIL du SYMBOLE

 

Ce travail psychothérapique s'appuie sur la symbolique personnelle du patient, à travers les trois niveaux d'expression symbolique.
 
  • Niveau corporel: on y accède en recherchant le sens que peuvent avoir les sensations particulières, les somatisations et d'une manière générale toute expression émotionnelle.
  • Niveau de la représentation (ou de l'image): c'est la manière dont le patient aborde le monde, en fonction de son expérience passée, du regard subjectif (c'est-à-dire en tant que SUJET) qui lui fait associer à tout objet une valeur, un sentiment ou une émotion qui lui sont propres. Par exemple, pour un patient ayant été douloureusement mordu par un chien, l'image du chien est associée à l'angoisse, la douleur, la colère, la révolte... c'est-à-dire à tout sentiment vécu lors du traumatisme.
  • Ce monde de représentation constitue le Registre Symbolique Personnel, d'où sont issues toutes les images qui ont de ce fait une valeur symbolique ... et sur lesquelles nous travaillons.
  • Niveau verbal: c'est la "mise en mot" qui permet l'appropriation, l'actualisation et l'inscription dans le présent de tout ce qui surgit du monde intérieur. Dernière étape du processus de symbolisation, elle est totalement dépourvue de sens si elle ne s'enracine pas dans les deux niveaux précédants.
 
Le Relaxothérapie Analytique travaille sur les trois niveaux :
 
  • corporel: à travers la relaxation elle-même, les inductions de détente, le développement de la conscience corporelle, le travail de recentrage et d'appropriation des limites corporelles...
  • représentation: les images qui surgissent en cours de séance, le dessin après la séance
  • verbal: mise en mot de tous les éléments, associations et recherche du sens (interprétation)
 
Le terme analytique se rapporte essentiellement à la grille de lecture que nous utilisons, qui pose l'inconscient en "partenaire du Moi" auquel nous avons à faire, sous ses différentes formes, partenaire qui  ne s'exprime jamais directement mais sous une forme symbolique qu'il s'agit d'écouter, de rencontrer avant que d'interpréter.
 
L'approche psychanalytique jungienne nous relie principalement à la notion de Processus d'Individuation, c'est-à-dire le processus évolutif commun à tout humain mais strictement sous des formes propres à chacun. Notre but est d'accompagner la personne dans la conquête de son identité en se confrontant, à travers un travail de psychothérapie, à tout ce qui l'empêche d'être elle-même. Les éléments sur lesquels se base la psychothérapie sont les inscriptions corporelles de l'histoire du sujet, qu'il va pouvoir se réapproprier, mais aussi les inscriptions de l'appartenance familiale, culturelle... et humaine.
 
Si le but de la relaxation est d'être aussi bien et présent à soi-même que possible, la Relaxothérapie Analytique s'attaque à tout ce qui, dans l'histoire vécue du sujet, fait obstacle à cet objectif."
 
Extraits des l'articles "Rélaxation et prévention" et Relaxation et Relaxation Analytique" de Elizabeth Leblanc psychothérapeute et relaxologue, cofondatrice de l’école de formations en Psychologies
"SAVOIR-PSY".